34 23/12/2022
Partage

Hérault

Luc et Christine : les âmes "sœurs" du Clos Bagatelle

Vignoble bâti en 1623, Clos Bagatelle est transmis de mère en fille depuis le XXe siècle. À la tête du domaine depuis les années 1990, Luc Simon, et sa sœur, Christine Deleuze, ont développé et fait fructifier cet héritage familial, en repoussant toujours plus loin les "frontières" du Clos. 

Luc Simon et Christine Deleuze

© Crédit photo : FG

"Moi, je suis le poil à gratter, Luc, c'est le paysan. Mon frère est terre-à-terre, moi pas du tout. Il m'arrive de penser que l'on pourrait aller bien plus vite dans certaines orientations, mais Luc me remet toujours les pieds sur terre. Heureusement, car j'aurais planté la terre entière", s'esclaffe Christine Deleuze. Le ton est donné et les présentations faites. Cela fait déjà trente ans que le "couple infernal", dit cette fois Luc Simon, sévit à la tête du Clos Bagatelle, domaine hérité de leurs parents, et dans la famille depuis 1623. De toute façon, "on ne peut pas divorcer", s'amuse-t-il à son tour, "nos liens sont indestructibles depuis la disparition de notre mère. Nous étions alors très jeunes", complète-t-il.

Entre crises de fou rire, engueulades, remises en question, bouillonnement d'idées et expérimentations tous azimuts, le tandem, animé par la même passion du vin, partage depuis le début le même objectif : développer le domaine dans la continuité du travail des parents, en essayant de faire mieux et d'aller plus loin. "Ce qui motive notre vie au Clos, c'est l'envie de dépasser les générations précédentes, de nous dépasser, de croire en sa région, en ses valeurs, et de transmettre à nos enfants cette passion dévorante qui est la nôtre, et que nous avons héritée de nos parents", reprend Christine.

L'appel de la terre

Si Luc, après un BTS viticulture-œnologie, décide, en 1990, d'aider ses parents au domaine, tout en s'installant à part, sur 9 ha à Donnadieu, au nord de Saint-Chinian, "pour être indépendant et avoir une identité propre", Christine, elle, donne des cours d'action commerciale à l'Ensica de Montpellier. Rejoindre la famille, Christine sait déjà qu'elle en fera autant, mais plus tard. "La disparition de notre mère, en 1992, a accéléré les choses, bien que je ne me sentais pas encore prête à revenir. J'ai alors eu une belle discussion avec mon père, qui m'a proposé de relever le challenge. J'ai donc décidé de me laisser cinq ans pour voir. Force est de constater, aujourd'hui, que cela fait trente ans que je supporte mon frère", plaisante-t-elle. S'échapper de ce domaine est, à l'évidence, mission impossible, comme de l'influence du père.

Ce dernier, que tous deux considè- rent comme un avant-gardiste de l'appellation Saint-Chinian par les choix qu'il a opérés à l'orée des an- nées 70 - restructuration de l'encépagement, modernisation de la cave, commercialisation des bouteilles sans passer par le négoce -, définit la répartition des tâches entre eux : à Luc, la gestion du vignoble (de la vigne à la cave), à Christine, la commercialisation, mais avec une même rétribution salariale. Question d'équité. Les raisins produits au domaine, ainsi que ceux des 9 ha de vignes de Luc et des 6 ha de vignes de Christine (achetés lors de son installation à Donnadieu), sont tous vinifiés au domaine, et les vins vendus par la structure commerciale de ce dernier jusqu'en 1999, date de la retraite de leur père.

Tout au long de la collaboration entre père et enfants, "sur la partie domaine, rien n'a vraiment bougé, si ce n'est que nous avons rentré d'autres terroirs, notamment des schistes. De ce fait, nous avons centré notre travail sur les qualités différentes des vins obtenues selon les terroirs. Mais le plus gros travail a consisté à développer la commercialisation des vins, car entre mes vignes et celles de ma sœur, nous avions bien plus de volumes", se souvient Luc. La retraite de leur père, puis sa disparition, en 2004, va pousser le frère et la sœur à prendre un nouveau virage.

Nouveaux chemins

Pour aller plus loin, tout en assurant la pérennité des terres qui leur ont été confiées par leurs parents, Luc et Christine travaillent dès lors en agriculture raisonnée. Les insecticides sont bannis, le labour développé, les vignes confusées et les produits de biocontrôle utilisés. C'est dans cette même logique qu'ils se sont engagés dans la démarche Haute valeur environnementale de niveau 3 quand elle a été créée, et qu'ils entament aujourd'hui une conversion en bio, d'abord sur les blancs, avant de passer aux rouges, prudence économique oblige. Enfin, la majeure partie des vignes sont vendangées à la main (42 ha sur les 54 ha en production).

Tous deux réfléchissent également au bilan carbone de leur activité. Pour réduire leur empreinte, ils ont décidé d'investir dans des bouteilles plus légères, des cartons recyclés et des bouchons naturels. De plus, en termes de commercialisation, ils se sont recentrés sur les marchés national et européen plutôt que sur le grand export. En parallèle, ils ont beaucoup fait évoluer l'encépagement, en augmentant notamment la part des blancs (avec des nouveaux cépages : roussanne, muscat à petits grains, carignan blanc, chenin, viognier, vermentino) et en plantant des cépages plus appropriés au terroir et au changement climatique (carignan noir, carignan gris, œillade, caladoc, assyrtiko, etc.).

"On fait tous les types de vins et toutes les couleurs, sauf les bulles, mais cela ne devrait pas tarder. L'idée est de s'amuser et d'aller toujours plus loin et plus haut pour faire des vins les meilleurs possibles", résume Christine. Des vins que leurs clients qualifient de "fruités et joyeux, qui ont de l'élégance et de la finesse, alors qu'ils sont vinifiés par des hommes un peu rustres", taquine-t-elle encore.'L'aventure' (nom de leur dernière cuvée) est loin de toucher à sa fin, la relève étant déjà assurée avec le même état d'esprit et avec, une fois encore, la fraternité comme liant. 

Florence Guilhem •

-

Les CHIFFRES clés

9 personnes travaillent au Clos Bagatelle

60 ha de vignes, dont 54 ha en production

4 terroirs distincts 

320 000 bouteilles sont produites par an

86 % en rouge, 10 % en rosé et 4 % en blanc

22 cuvées différentes créées depuis 30 ans

58 % de la vente se fait par export (Union européenne et pays tiers), le reste se répartit entre le réseau CHR, les cavistes, un peu de grande distribution et la vente directe

Florence Guilhem •

Sur le même thême

Var 28/10/2022

La Verdière

Diversification réussie au...

Implantée à La Verdière, dans le Haut-Var, Cécile Plauchud a opté pour des productions diversifiées dès son installation : maraîchage, grandes cultures et élevage...
Var 12/08/2022

Domaine de La Giscle

Le phœnix des Maures renaît...

Il y a près d'un an, le domaine viticole de La Giscle voyait une large part de ses installations s'envoler en fumée, à cause de l'incendie parti de Gonfaron le 16...
Var 22/07/2022

Belgentier

Le Domaine des Escavalins m...

Sur les hauteurs de Belgentier, Géraldine et Mark Whitcombe-Power ont redonné vie à d'anciens vergers d'oliviers et à une vieille ferme, en partie réaménagée en g...

ICI
Votre encart
publicitaire !

Tél. : 04 67 07 03 73

Annonces légales

Publiez facilement vos annonces légales dans toute la France.

Grâce à notre réseau de journaux partenaires.

Attestation immédiate, service 24h/24, 7 jours/7

Derniers tweets

23/09/2022
📫Votre @EPVarois arrive! A la une : échanges autour des filets anti-insectes contre la mouche de l'olive avec le groupe #DEPHY en oléiculture du Var 🫒 ; l'hyperoxygénation des rosés à l'essai au Centre du Rosé ; vin d'ici, à la découverte du "Pur Castets"🍷de La Grand' Vigne https://t.co/qaIhjDDTAb
https://t.co/qaIhjDDTAb
06/10/2022
Dans votre nouveau numéro @AgriProv 🗞au programme notre numéro spécial #Medagri 🚜 le projet de loi sur les #énergiesrenouvelables🌞, la 7e édition de la soirée de l’élevage 🐃🐑à Arles et un retour sur la rentrée scolaire 🎒pour les lycées agricoles...Bonne lecture à tous ! https://t.co/zU1hyXg40x
https://t.co/zU1hyXg40x
06/10/2022
🍷 Présentation de la gamme ‘Patience’, du syndicat #AOP #Picpoul de Pinet, issue de cuvées haut de gamme dédiées aux cavistes & aux restaurants de #Montpellier. Sélections parcellaires, élevage d’au moins 6 mois, sans notes de bois. Accord mets et vins au #Folia @ChatFlaugergues https://t.co/NAol7n6pyW
https://t.co/NAol7n6pyW

Abonnez-vous à nos hebdos

Chaque semaine, retrouvez toute l'actualité de votre département, des infos techniques et pratiques pour vous accompagner au quotidien...

Découvrez toutes nos formules

Dernières actualités

Newsletters

Inscrivez-vous GRATUITEMENT à nos newsletters pour ne rien rater de notre actualité !

S'abonner

Gardons le contact

Twitter : suivez toute l'actualité agricole utile du moment, réagissez
Facebook : partagez encore plus de posts sur l'actualité agricole de votre territoire
Instagram : suivez nos bons plans et partagez nos galeries de photos
Likedin : élargissez votre réseau professionnel
Youtube : vidéos, interviews, DIY...