83 16/03/2021
Partage

Varroa : “Sortir de l'illégalité"

La profession apicole revendique un usage libre des acides organiques sur les ruches, et dénonce la confiscation du travail des organismes techniques de la filière.

Une quinzaine d’apiculteurs de la région s’est réunie à Barjols, le 2 mars, à l’invitation de la Confédération paysanne du Var, pour organiser le combat en faveur de l’acide oxalique. © G. Lantes

Voilà 40 ans que la filière apicole française se bat contre Varroa destructor, acarien parasite dévastateur des ruches. Et la profession a développé au fil du temps un savoir-faire, aujourd’hui remis en question par la disponibilité de traitements disposant d’une Autorisation de mise sur le marché (AMM). L’acide oxalique dans sa forme simple, pourtant utilisée par de nombreux apiculteurs, n’est ainsi pas autorisée comme médicament vétérinaire. Depuis 2015, les professionnels sont pourtant tenus d’utiliser l’une des formules dûment autorisées par une AMM. Dans les faits, la filière semblait toutefois bénéficier d’une certaine tolérance. Jusqu’au rappel à l’ordre de la Direction générale de l’alimentation et de l’Agence nationale du médicament vétérinaire, en octobre dernier. À l’issue d’une série de réunions avec les organismes techniques apicoles, l’État est en effet venu rappeler l’utilisation obligatoire d’un des 14 produits avec AMM existants contre varroa ; tout autre traitement expose l’apiculteur à une lourde amende, ainsi qu’à la destruction des animaux et des produits concernés. Une aberration pour la profession, qui dénonce le manque d’efficacité et de praticité, mais aussi le coût des traitements disponibles.

Des médicaments jugés coûteux et inefficaces

À l’invitation de la Confédération paysanne du Var, une quinzaine d’apiculteurs de Paca s’est réunie à Barjols, début mars, pour organiser la riposte. “Les produits autorisés peuvent coûter plus de dix fois plus cher que l’acide oxalique simple, pour une efficacité insuffisante. Et les protocoles des fabricants manquent de praticité. En bio, un seul est à peu près efficace. Malheureusement, il est surdosé et potentiellement dangereux pour les reines. Du fait de la présence de sucre dans sa formulation, il est aussi inutilisable par sublimation. La méthode nous permet, sous l’effet de la chaleur, d’appliquer l’acide oxalique sous forme gazeuse, sans ouvrir et refroidir les ruches en plein hiver, au moment où il n’y a pas de couvain, contrairement à l’égouttement où aux lanières, qui sont les deux autres principaux modes d’action des traitements“, explique Christophe Benvenuto, apiculteur d’Ampus et membre de la commission apicole nationale de la Confédération paysanne.

“On parle de molécules naturellement présentes dans de nombreuses plantes, inoffensives pour les abeilles, les apiculteurs et les consommateurs. Depuis des années, les organismes techniques apicoles développent des solutions alternatives aux produits de synthèse, malheureusement confisquées par les laboratoires qui ont les moyens de déposer des AMM“, plaide Mélanie Père, apicultrice de Barjols.

Pour un nouveau cadre

La réglementation contraint d’ailleurs les acteurs de l’expérimentation, qui ne peuvent tester que des produits autorisés sur les ruchers en production, et ont interdiction de communiquer sur les essais de substances sans AMM. L’Itsap et les Adas de France ont ainsi été sommés de retirer de leurs supports de communication toute référence à des médicaments non autorisés. “L’administration se réfugie derrière des arguments qui vont à l’encontre de pratiques professionnelles éprouvées. La filière doit pouvoir continuer à expérimenter au plus près de la réalité du terrain, et à partager le fruit de ses expérimentations“, défend Mélanie Père. “Pour sortir de l’illégalité“, les professionnels se sont rapprochés du collectif ‘Plantes en élevage’, qui milite en faveur de l’utilisation de la phytothérapie sur les animaux d’élevage. “Nous avons besoin d’un cadre spécifique pour utiliser légalement les acides organiques dans nos ruches. Nous proposons la création d’un nouveau statut, entre le médicament et le complément alimentaire“, expose Mélanie Père. Un manifeste revendiquant un usage libre des acides organiques en apiculture est d’ores et déjà en cours de rédaction. Il sera assorti d’une pétition, qui pourra être diffusée auprès du grand public et des élus. Conscients que le chemin sera long et semé d’embûches, les professionnels n’excluent pas, si besoin, de manifester leur mécontentement, à l’occasion de futures mobilisations.

Gabrielle Lantes

 

Sur le même thême

Bouches-du-Rhône 14/05/2019

Diversification : l’or viol...

Comme tous les ans, en ce mois de mai, la plaine de Trets a revêtu son habit violet. Pour la capitale européenne de cette culture dédiée à la parfumerie, la produ...
Var 13/08/2019

Mobilisation collective con...

Alors que le ravageur a été identifié dans la Vallée de Sauvebonne, la filière s’organise pour contenir le phénomène et accompagner les producteurs dans la lutte...
Var 20/10/2018

Une culture traditionnelle...

Alors que les fêtes de la châtaigne s’enchaînent, la récolte se poursuit dans les Maures. Si la campagne 2018 s’annonce meilleure que les précédentes, les difficu...

ICI
Votre encart
publicitaire !

Tél. : 04 67 07 03 73

Annonces légales

Publiez facilement vos annonces légales dans toute la France.

Grâce à notre réseau de journaux partenaires.

Attestation immédiate, service 24h/24, 7 jours/7

Derniers tweets

23/09/2022
📫Votre @EPVarois arrive! A la une : échanges autour des filets anti-insectes contre la mouche de l'olive avec le groupe #DEPHY en oléiculture du Var 🫒 ; l'hyperoxygénation des rosés à l'essai au Centre du Rosé ; vin d'ici, à la découverte du "Pur Castets"🍷de La Grand' Vigne https://t.co/qaIhjDDTAb
https://t.co/qaIhjDDTAb
06/10/2022
Dans votre nouveau numéro @AgriProv 🗞au programme notre numéro spécial #Medagri 🚜 le projet de loi sur les #énergiesrenouvelables🌞, la 7e édition de la soirée de l’élevage 🐃🐑à Arles et un retour sur la rentrée scolaire 🎒pour les lycées agricoles...Bonne lecture à tous ! https://t.co/zU1hyXg40x
https://t.co/zU1hyXg40x
06/10/2022
🍷 Présentation de la gamme ‘Patience’, du syndicat #AOP #Picpoul de Pinet, issue de cuvées haut de gamme dédiées aux cavistes & aux restaurants de #Montpellier. Sélections parcellaires, élevage d’au moins 6 mois, sans notes de bois. Accord mets et vins au #Folia @ChatFlaugergues https://t.co/NAol7n6pyW
https://t.co/NAol7n6pyW

Abonnez-vous à nos hebdos

Chaque semaine, retrouvez toute l'actualité de votre département, des infos techniques et pratiques pour vous accompagner au quotidien...

Découvrez toutes nos formules

Dernières actualités

Newsletters

Inscrivez-vous GRATUITEMENT à nos newsletters pour ne rien rater de notre actualité !

S'abonner

Gardons le contact

Twitter : suivez toute l'actualité agricole utile du moment, réagissez
Facebook : partagez encore plus de posts sur l'actualité agricole de votre territoire
Instagram : suivez nos bons plans et partagez nos galeries de photos
Likedin : élargissez votre réseau professionnel
Youtube : vidéos, interviews, DIY...