Occitanie 10/03/2023
Partage

Pépinière viticole

Entre attentes et résultats

Le syndicat des pépiniéristes viticoles et producteurs de vignes-mères d'Occitanie a fait le bilan de l'année passée, lors de son assemblée générale du mercredi 8 février. Retour sur une année qui jongle entre attentes et résultats. 

La filière pépinière viticole a eu droit à une dérogation concernant l'éco-régime et un appui considérable avec l'assurance récolte, mais ces évolutions ne profitent pas aux vignes-mères porte-greffes. 

© Crédit photo : CZ

La filière des pépiniéristes viticoles n'est pas épargnée par le temps, dans le sens du climat certes, mais également par l'attente de décisions. Tout d'abord concernant l'éco-régime de la nouvelle Pac 2023-2027, qui doit entrer en vigueur cette année et qui donne du fil à retordre à la filière. L'éco-régime implique la mise en place de couverts végétaux au sein des pépinières viticoles, considérées comme une production pérenne. "Nous avons demandé une dérogation pour notre filière, car les vignes ne sont plantées que six mois et ne peuvent donc pas être considérées comme culture pérenne", explique Francis Cabaud, chargé des filières viti-vinicoles et oléicoles à la Région Occitanie. Sur cette question, la fédération a eu gain de cause, ce qui a permis de sortir cette culture de l'obligation d'enherbement.

Le syndicat ne s'arrête pas là et demande également une dérogation pour la culture de vignes-mères porte-greffes, car "elles poussent à même le sol, et atteignent plusieurs mètres de long. Dans de telles conditions, si l'enherbement n'est pas parfaitement maîtrisé, le rendement est grandement compromis, et la récolte des bois en hiver est rendue très difficile", note Éric Bourguet, président du syndicat des pépiniéristes viticoles et producteurs de vignes-mères d'Occitanie.

Autre réponse également en suspens, le nouveau plan de compétitivité doit voir le jour prochainement, via le dispositif d'appui aux investissements des entreprises de la pépinière viticole mis en place par la Région Occitanie. Le syndicat demande une éligibilité plus large, en ce qui concerne les équipements liés à l'innovation et aux nouvelles obligations réglementaires sur le plan sanitaire : machine TEC (Traitement à l'eau chaude), filet para-grêle, matériel de palissage, de travail du sol et de protection sanitaire, ainsi que l'isolation des bâtiments et des équipements agrivoltaïques. "Cette année, les aides de second niveau du Feader nous ont permis de nous doter de nouveaux équipements (machine de nettoyage pour les serments et les greffons) pour améliorer les conditions de travail au sein des pépinières", souligne-t-il. En complément, le syndicat souhaiterait que la Région revoit le plafond d'aides, de 30 000 € aujourd'hui à 100 000 € par exploitation, car après sondage, il attend à court terme des investissements de plus de 300 000 €.

Enfin, la stratégie d'enrayement de la flavescence dorée, adoptée à l'unanimité des États membres depuis le 16 juin 2022, dont l'objectif est d'éviter la propagation de la maladie dans les territoires indemnes, doit voir son zonage évoluer prochainement. "Le Cropsav1 doit se réunir le 10 juin 2023 pour prendre une décision sur ce sujet", note Éric Bourguet. Pour rappel, en 2022, la zone de délimitation concernait 12 départements occitans pour une superficie de 271 516 ha avec les départements du pourtour méditerranéen comme cibles privilégiées. En tout, ce ne sont pas moins de 35 172 ha qui ont été inspectés, surface où 130 000 ceps ont été identifiés comme contaminés par la jaunisse. "Il y a eu beaucoup de symptômes, mais avec une pression moyenne et les mesures, en partenariat avec la Fredon Occitanie et FranceAgriMer, fonctionnent bien, car il y a peu d'arrachage", estime Audrey Ferro, chargée de mission à la Draaf Occitanie.

Bilan des contrôles 

Grâce aux bilans des contrôles régionaux des Organisations professionnelles agricoles (OPA), la flavescence dorée sur des vignes-mères de greffons a diminué de 11 % et la maladie du bois noir enregistre une baisse de 31 % en nombre de parcelles et 21 % en termes de surfaces. Pour l'Occitanie, 6 OPA ont effectué des signalements. Sur 59 échantillons, 35 concernent la maladie du bois noir, 15 uniquement la flavescence dorée et 10 une parité entre les deux. Par rapport aux chiffres nationaux, l'Occitanie représente 42 % des contaminations pour la flavescence dorée et à peine 7 % pour la maladie du bois noir. Mais pour Didier Viguier, chef d'équipe de l'atelier bois et plants de vigne à la Chambre d'agriculture de l'Aude, il faut prendre ces chiffres avec un peu de recul.

Participant au groupe national de recherche en collaboration avec Inrae et l'IFV sur l'éradication de l'agent pathogène via la pratique du TEC, Didier Viguier tient à rappeler un point à ne pas négliger. "Pour l'instant, nous constatons de façon unanime que, sur le phytoplasme du bois noir, le traitement à l'eau chaude est mitigé", remarque-t-il, en insistant sur le fait que, "parfois les symptômes sont invisibles, mais le pied est malade. Pire encore sur les porte-greffes, car ils n'expriment pratiquement aucun symptôme. Par précaution, il faut tout traiter au TEC", assure-t-il. Ce type de traitement doit avant tout être considéré non pas comme préventif, mais uniquement curatif. "Ces traitements sont aujourd'hui efficaces et bien maîtrisés, mais ils n'en sont pas moins nocifs pour le taux de reprise", rappelle Didier Viguier. Pour limiter au mieux ces contaminations, "il est conseillé de laisser une distance de 20 mètres entre les vignes-mères des vignobles classiques et de 40 mètres pour les vignes-mères de porte-greffes, sinon un TEC sera obligatoire", rappelle, quant à elle, Audrey Ferro.

Assurance climatique multirisque

De son côté, FranceAgriMer a mis à disposition sur son site une nouvelle télédéclaration TEC pour les parcelles concernées. La marque Vitipep's a également ajouté un volet TEC à son cahier des charges, concernant la campagne 2022-2023, avec une nouvelle étiquette permettant de garantir la bonne exécution du traitement, mais aussi pour valoriser la qualité sanitaire des plants de vignes français. Cette étiquette, de couleur violette, remplace d'ores et déjà l'étiquette classique, et doit être apposée sur le matériel respectant différents cas de figure : plants de vigne traités à l'eau chaude après greffage, traités avant greffage soit le porte-greffe soit le greffon, ou pour tout autre bois ou bouture Vitipep's.

Le plus gros travail qu'a mené la fédération est sans aucun doute en ce qui concerne le contrat assurance climatique ou "multirisque climatique". Grâce aux travaux conjoints de la FFPV et de la compagnie d'assurances Pacifica, la pépinière viticole (hors vignes-mères) peut bénéficier d'une couverture multirisque contre les aléas climatiques, et donc du Fonds national de solidarité (FNS) de l'État. "Depuis le 1er janvier 2023, tous les viticulteurs français, assurés ou non, peuvent bénéficier du Fonds national de solidarité en cas de perte à hauteur de 45 %", indique Sébastien Fiancette, responsable adjoint au développement de l'assurance agricole et professionnel du Crédit agricole, en précisant "qu'il est indispensable de souscrire à une assurance privée pour pouvoir être couvert à 100 %". "C'est une bonne nouvelle", reconnaît Éric Bourguet, tout en ajoutant "que les inscriptions sont prolongées jusqu'au 28 mars pour les pépinières viticoles". 

Anthony Loehr •

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le bois noir ou le stolbur de la vigne

Le bois noir est provoqué par un phytoplasme, petite bactérie sans paroi cellulaire de la classe des Mollicutes. C'est un parasite strict, et il a besoin, pour vivre, d'utiliser l'activité métabolique des cellules qu'il infecte. Il se développe dans les vaisseaux conducteurs du phloème, et provoque leur dépérissement. Il est transmis par un vecteur, une cicadelle nommée Hyalesthes obsoletus, dont les dégâts directs par piqûre des adultes sont négligeables. Le phytoplasme peut être transmis par le biais de la multiplication végétative. Concrètement, si greffons ou porte-greffes sont prélevés sur une souche malade, les plants qui en seront issus sont susceptibles d'être porteurs du phytoplasme. Pour limiter les risques de dissémination, une surveillance annuelle des vignes mères de greffons est obligatoire. L'absence de cycle reproductif du vecteur sur vigne, le caractère accidentel et fugace de sa présence, et l'impossibilité d'y acquérir le phytoplasme rendent inutile toute lutte insecticide. La meilleure prévention consiste à éliminer les plantes réservoirs aux abords des parcelles. 

Magali Sagnes •

ICI
Votre encart
publicitaire !

Sur le même thème

Aude 18/10/2023

Aude

Foire d'Espezel : sans bovi...

Fourmillant depuis plus de quatre décennies, la foire d'Espezel accueille les 21 et 22 octobre, un événement marquant du secteur agricole. Pour cette nouvelle édi...
Bouches-du-Rhône, Vaucluse 29/06/2023

Projet Feltracco

S'unir pour fournir la rest...

Pour mieux répondre aux exigences de la loi Égalim, trois transformateurs s'unissent autour de Bio de Provence. Le but ? Créer une filière locale d'approvisionnem...
Aude, Gard, Hérault 13/06/2022

SNPAR : deux prix pour Pays...

A l'occasion du prix éditorial organisé par le Syndicat de la presse agricole, rurale et cynégétique, Paysan du Midi a été doublement primé : avec le 3e prix du m...

Annonces légales

Publiez facilement vos annonces légales dans toute la France.

Grâce à notre réseau de journaux partenaires.

Attestation immédiate, service 24h/24, 7 jours/7

Derniers tweets

10/05/2023
@EPVarois fait le point sur les tendances et enjeux du marché foncier agricole varois avec le nouveau directeur départemental de la #SAFER Paca et le président du comité technique. https://t.co/qAljvKlzlO
https://t.co/qAljvKlzlO
28/04/2023
[A LA #UNE 📰]@AgriProv👇La Coopération Agricole Sud acte sa fusion avec les caves coopératives du 13 et du 83 ! 🍷, #eau 💧Appel à la sobriété, Groupama Méditerranée maintien le cap, un dossier #travaildusol et en📸 cap sur la grenade avec le projet de Frédéric Chabert sur Arles https://t.co/Vf3e5Z07t0
https://t.co/Vf3e5Z07t0
06/06/2023
🗞️Tradition, consommation et vigilance @VigneronsCoop 🍷-💧Extension du réseau hydraulique 'Colline des Costières' @BRLGroupe @Occitanie - 🐴Le festival Prom'Aude - Fusion @_Ctifl et La Tapy #expé - 🌡️Aléas #climat : solutions et prospectives - 📸Guillaume Chirat, maître #pâtes https://t.co/9XDBtwaWsl
https://t.co/9XDBtwaWsl

Abonnez-vous à nos hebdos

Chaque semaine, retrouvez toute l'actualité de votre département, des infos techniques et pratiques pour vous accompagner au quotidien...

Découvrez toutes nos formules

Dernières actualités

Newsletters

Inscrivez-vous GRATUITEMENT à nos newsletters pour ne rien rater de notre actualité !

S'abonner

Gardons le contact

Twitter : suivez toute l'actualité agricole utile du moment, réagissez
Facebook : partagez encore plus de posts sur l'actualité agricole de votre territoire
Instagram : suivez nos bons plans et partagez nos galeries de photos
Linkedin : élargissez votre réseau professionnel
Youtube : vidéos, interviews, DIY...