Occitanie 20/03/2024
Partage

Pays d'Oc

Les négociants doivent jouer la préférence nationale

Les Pays d'Oc IGP orchestrent leur plan de bataille. Si les producteurs voient rouge, une grande partie de la solution se trouve entre les mains des négociants : 11 euros de plus à l'hectolitre, c'est 0,16 euro de plus sur le prix d'une bouteille en rayon !

Lundi 18 mars, l'élection du bureau des Pays d'Oc a été perturbée par l'arrivée de viticulteurs en colère, qui ont été entendus par les responsables professionnels présents.

© Crédit photo : IGP Pays d'Oc

Lundi 18 mars, le conseil d'administration électif du syndicat des producteurs des vins Pays d'Oc IGP s'est déroulé au Domaine de Manse, à Lattes. Objectif : élire un nouveau bureau, suite à l'assemblée générale de janvier, et consolider la feuille de route définie lors de cette même assemblée.

En marge de cette réunion, une vingtaine de viticulteurs non syndiqués, du Gard essentiellement, mais aussi de l'Hérault se sont invités pour faire entendre leur désespoir et leur colère. "On crève de faim, on est à l'agonie, et dans six mois on n'est plus là !", indique l'un des viticulteurs présents. Ils ont l'impression que les responsables syndicaux ne les entendent pas et veulent des aides d'urgence, immédiatement. C'est une tendance de fond que l'on retrouve sur le terrain, où les agriculteurs fustigent pouvoirs publics et ceux qui les défendent, parfois sans distinction.

En ligne de mire également les importations espagnoles, et sur ce point le constat est partagé avec le président des Pays d'Oc, Jacques Gravegeal, qui pointe du doigt les responsabilités des metteurs en marché sur la question. Quoi qu'il en soit, le "message est reçu" par le syndicat qui l'a fait savoir par voie de presse dès le lendemain.

Après avoir longuement échangé avec les viticulteurs, le conseil d'administration est retourné à ses travaux et a élu un bureau renouvelé, avec pour mots d'ordre : "cohésion, union et action collective", afin de trouver des solutions pour "sortir de la crise économique et défendre le revenu des vignerons".  

Pour assainir : déstockage et fin des importations anti-françaises

Soumis à la double peine de la crise inflationniste et des aléas climatiques, les viticulteurs languedociens appellent avec impatience des mesures concrètes et significatives, pour soulager la trésorerie des caves et des exploitations. Dans un contexte de concurrence rude et déloyale, "des vins espagnols, francisés pour certains, inondent le marché intérieur dans une conjoncture atone : 4,4 millions d'hectolitres par an ! Les producteurs sont contraints de lâcher leurs vins à bas prix, pour tenter de renflouer leur trésorerie, ou maintenir les acomptes des caves coopératives", indique le syndicat. 

Pour permettre au marché de se tendre à nouveau, "les metteurs en marché doivent stopper les importations de vins espagnols et sortir les surstocks de vin, en vin sans indication géographique, avant les prochaines vendanges", appelle le président, Jacques Gravegeal.

D'ores et déjà, un rendez-vous est demandé auprès des banques par le syndicat, en collaboration avec les fédérations de métiers, dans l'objectif de mettre en place des dispositifs de soutien aux trésoreries.

Le prix à l'hectolitre

85 % des volumes des vins Pays d'Oc IGP produits sont commercialisés en vrac au négoce. Autant dire que sur une question qui apparaît complexe, les négociants peuvent résoudre l'essentiel de l'équation. "Garantir a minima un Smic aux producteurs viticoles devrait être possible, à condition que les metteurs en marché augmentent les prix vrac lors des achats." Et pour anticiper de possibles objections, il suffit de rapporter l'effort sur le prix d'achat à la contre-partie que cela représente au prix de vente pour le consommateur. Ainsi, d'après les chiffres d'Inter Oc, sur une bouteille de cabernet-sauvignon de marque Pays d'Oc IGP achetée en grande distribution, le prix consommateur incluant les promotions serait seulement de 16 cen- times supplémentaires : 3,10 € à 3,26 €, si les metteurs en marché augmentaient de 11 € par hectolitre le prix du vrac de ce cépage, soit un passage de 94 €/hl à 105 €/hl. 

"Ce calcul démontre que des solutions existent, pour garantir un revenu minimum aux producteurs, et être plus résilients face à l'augmentation des coûts de production" : + 10 % de charge d'exploitation et + 8 % de frais de vinification en deux ans, "avec un impact infime sur le pouvoir d'achat des consommateurs. La question du revenu est cruciale, il en va du renouvellement des générations et de la durabilité de la viticulture méridionale", s'accordent les membres du conseil d'administration.

Segmentation, solidarité et préférence nationale

"L'heure est à la préférence nationale. Il est grand temps de jouer la solidarité et de proposer des mesures incitatives à la grande distribution, aux cavistes, aux bars à vins et aux restaurateurs occitans, pour qu'ils mettent en avant nos vins de cépages, nos vins de Pays d'Oc IGP", appelle de ses vœux, Jacques Gravegeal.

"L'heure est à la préférence nationale"

"Des Pyrénées jusqu'au Rhône, 13 000 familles de vignerons font vivre ce territoire. Si les politiques ne prennent pas la mesure du drame qui se joue, nous disparaîtrons, et l'art de vivre occitan avec nous." En face de cet appel d'urgence, les pouvoirs publics et la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga. Pour dynamiser la consommation, la Région Occitanie pourrait mettre en place des mesures fortes visant à écouler les volumes et valoriser la production régionale, "notamment avec une aide sur les taxes des terrasses des restaurateurs en Occitanie, pour toute préférence des vins régionaux sur leurs cartes".

En termes de législation, les professionnels demandent que la provenance des vins servis au pichet soit affichée de façon transparente. En effet, pour que le consommateur puisse jouer la carte locale, encore faut-il qu'il soit informé, et bien informé. En rayons des grandes surfaces, les Pays d'Oc souhaitent que l'on puisse apposer le drapeau tricolore sur les bouteilles sous signes de qualité AOP et IGP "pour guider le consommateur au moment de ses actes d'achat". 

Le rayon en question

Si la grande distribution a perdu sa suprématie en termes de distribution des vins, elle reste un enjeu important, et un débouché non négligeable pour les vins espagnols, parfois francisés. La stratégie mise sur la table par le syndicat repose sur un pilotage de l'offre sans indication géographique par bassin, et non plus nationalement. En effet, "trop de vins entrent sur le segment Pays d'Oc IGP, alors que ces derniers dans un contexte de rendements adaptés pourraient être commercialisés, en lieu et place des importations de vins espagnols". Pour ce faire, le syndicat souhaite échanger rapidement avec les représentants de la grande distribution, pour réformer l'organisation du linéaire vin. Pour clarifier les rayons, ils souhaitent classer d'un côté les vins par indication géographique, et de l'autre les vins sans signe de qualité ou venant de l'étranger.

Si les distributeurs veulent vendre du vin espagnol, qu'ils mettent des drapeaux rouge et jaune et embauchent des danseurs de flamenco.

Accélérer le passage de label à marque

Enfin, et c'est le cœur de la stratégie offensive : le passage de label à la marque, à travers la stratégie des 3 V, présentée lors de l'assemblée générale de janvier. Vigne, vin, vendre : "Passer du label à la marque d'origine, c'est proposer un vin unique, non substituable, qui crée de la valeur", expliquait Jacques Gravegeal.

Et pour appuyer cette démarche, la filière vin souhaite mobiliser un outil auquel elle n'a pas encore accédé, faute de consensus entre les bassins, c'est la fameuse loi Egalim. Cette dernière vise à assurer des revenus décents aux agriculteurs, en sanctuarisant le prix de la matière première.

Aussi la filière occitane souhaite d'une part intégrer le principe de loi Egalim, avec une application par bassin, et d'autre part, face au risque de nivellement par le bas, ne pas "partir sur l'hypothèse d'un prix plancher, trop réducteur". Elle appelle à la mise en place d'''indicateurs tangibles de renégociation des prix". Une double problématique qu'il conviendra d'articuler avec les pouvoirs publics. 

Magali Sagnes •

ZOOM sur...-

Nouveau bureau des Pays d'Oc

Président :→ Jacques Gravegeal

Vice-président : →Jérôme Despey

Vice-président : →Jean-Marie Fabre

Secrétaire général : →Sébastien Pons

Secrétaire général adjoint : Denis Carretier

Secrétaire général adjoint : Vincent Trouillas

Trésorier : →Audrey Lalourie

Trésorier adjoint : →Fabien Castelbou

Trésorier adjoint : →Damien Onorre

Une équipe renouvelée

Autour de Jacques Gravegeal, réélu à son poste de président, une équipe renouvelée poursuivra l'action du syndicat avec pour mots d'ordre : cohésion, union et action collective, pour préparer l'avenir. À noter : l'arrivée au sein du conseil d'administration de Fabien Castelbou pour le collège Coopération de l'Hérault, et Jean Lacauste pour le collège des Vignerons indépendants de l'Hérault.

Magali Sagnes •

ICI
Votre encart
publicitaire !

Sur le même thème

Aude, Gard, Hérault 13/07/2021

Pays d'Oc : actifs et attra...

L’année atypique 2020 aura donné des sueurs froides. Dans un contexte qui est resté particulièrement difficile pour certains, les Pays d’Oc ont performé avec leur...
France 29/06/2023

OCCITANIE

Eau : la Région dévoile son...

Lors de l'assemblée plénière de la Région Occitanie, le 22 juin, la présidente Carole Delga a dévoilé les grandes lignes du Plan régional Eau, mobilisant 160 M€ s...
Bouches-du-Rhône, Vaucluse 02/11/2023

actium

Retour du goût sur les banc...

Les fruits et légumes, c'est souvent pour les plus jeunes un monde inconnu, terne et ennuyeux. Pour renverser la vapeur, l'Actium 'Grand marché de Provence' vient...

Annonces légales

Publiez facilement vos annonces légales dans toute la France.

Grâce à notre réseau de journaux partenaires.

Attestation immédiate, service 24h/24, 7 jours/7

Derniers tweets

10/05/2023
@EPVarois fait le point sur les tendances et enjeux du marché foncier agricole varois avec le nouveau directeur départemental de la #SAFER Paca et le président du comité technique. https://t.co/qAljvKlzlO
https://t.co/qAljvKlzlO
28/04/2023
[A LA #UNE 📰]@AgriProv👇La Coopération Agricole Sud acte sa fusion avec les caves coopératives du 13 et du 83 ! 🍷, #eau 💧Appel à la sobriété, Groupama Méditerranée maintien le cap, un dossier #travaildusol et en📸 cap sur la grenade avec le projet de Frédéric Chabert sur Arles https://t.co/Vf3e5Z07t0
https://t.co/Vf3e5Z07t0
06/06/2023
🗞️Tradition, consommation et vigilance @VigneronsCoop 🍷-💧Extension du réseau hydraulique 'Colline des Costières' @BRLGroupe @Occitanie - 🐴Le festival Prom'Aude - Fusion @_Ctifl et La Tapy #expé - 🌡️Aléas #climat : solutions et prospectives - 📸Guillaume Chirat, maître #pâtes https://t.co/9XDBtwaWsl
https://t.co/9XDBtwaWsl

Abonnez-vous à nos hebdos

Chaque semaine, retrouvez toute l'actualité de votre département, des infos techniques et pratiques pour vous accompagner au quotidien...

Découvrez toutes nos formules

Dernières actualités

Newsletters

Inscrivez-vous GRATUITEMENT à nos newsletters pour ne rien rater de notre actualité !

S'abonner

Gardons le contact

Twitter : suivez toute l'actualité agricole utile du moment, réagissez
Facebook : partagez encore plus de posts sur l'actualité agricole de votre territoire
Instagram : suivez nos bons plans et partagez nos galeries de photos
Linkedin : élargissez votre réseau professionnel
Youtube : vidéos, interviews, DIY...